Grand Bouvier Suisse

grand bouvier suisse

Le Grand Bouvier Suisse est un amour de chien. Très bon chien de compagnie, il est débordant de joie de vivre et d’affection.

D’un naturel placide, il ne boude pas les balades et les activités en extérieur. Il appréciera la campagne et les grands espaces plutôt que de vivre en ville dans un appartement.

Son histoire

Originaire de la Suisse où il est appelé Grosser Schweizer Sennenhund, le Grand Bouvier Suisse est un descendant du Dogue du Tibet. Celui-ci fut introduit par les armées de Jules César lors de la Guerre des Gaules. Un croisement fut fait entre le Dogue et le Chien des Refuges et donna naissance au Grand Bouvier. D’autres sources citent le Grand Bouvier comme descendant du Mâtin des bouchers. 

Utilisé comme chien de travail, il devient indispensable pour les paysans pour surveiller le bétail mais aussi servir de chien de trait. Mais il fut plus spécifiquement un gardien d’exploitations de par sa carrure et son poids. 

Au 13ème siècle, le Bourgmestre de Zurich ordonne l’abattage de ce molosse qui juge trop dangereux et ce qui donnera lieu à une immense révolte des paysans. 

En 1908, grâce au professeur Albert Heim, grand amoureux des Bouviers Suisses, il est sauvé de l’extinction. 2 Bouviers Bernois à poils courts participent à l’exposition canine de Langenthal et Heim y reconnaît des survivants de la race des Grands Bouviers sur le point de disparaître.

En 1909, Le Grand Bouvier Suisse fut enfin reconnu comme race bien distincte par la Société Cynologique Suisse et inscrit au volume 12 du Livre des Origines Suisses la même année. Un programme d’élevage, en 1912, fut institué par le Club Suisse du Grand Bouvier Suisse. 

Il faudra attendre 1939 pour que le Grand Bouvier Suisse voit son standard publié pour la 1ère fois. 

Suite aux nombreux services rendus par l’animal lors de la Seconde Guerre Mondiale, sa popularité remonte en flèche et attire le l’attention de nombreuses personnes. Pourtant, le Grand Bouvier Suisse n’est arrivé en France que depuis une vingtaine d’années et se fait voler la vedette par son cousin plus “nounours” le Bouvier Bernois. 

Son caractère

Doux, gentil et d’impression placide, le Grand Bouvier Suisse est un chien fait pour les familles. Il est loyal envers ses maîtres, pourra se montrer un peu collant. Il est gentil avec tout le monde et curieux du monde qui l’entoure. 

Le Grand Bouvier a un instinct de protection assez fort, il se méfiera des étrangers et ne laissera aucun intrus s’attaquer à son cercle familial. Nul besoin pour lui de se montrer agressif, son gabarit lui suffit pour faire fuir n’importe qui.

Il prendra plaisir à jouer avec les enfants et se montrera doux et patient envers eux. Il analyse toutes les situations et sait se comporter comme il le faut selon chacune d’entre elles.

Le Grand Bouvier Suisse s’adapte à la vie en appartement sans souci. C’est un grand joueur qui a tout de même besoin de se défouler dans de grands espaces tout en demandant des sorties quotidiennes. 

Il est d’une belle endurance et adore les activités en compagnie de son maître. Footing, ou randonnée, il ne rechigne en rien, lui qui adore courir. Ce qui ne l’empêche pas d’aimer faire de belles siestes auprès de son maître. 

Le Grand Bouvier Suisse est un chien qui conviendra autant aux familles sportives qu’aux familles sédentaires du moment qu’il puisse courir de tout son saoul régulièrement. 

Son éducation 

Le Grand Bouvier Suisse est facile à éduquer si son maître sait montrer de la fermeté et de la cohérence. Étant un élève têtu, il n’hésitera pas à profiter de la moindre faille pour prendre le dessus. 

Ce sera donc, un apprentissage positif, doux et strict qui va permettre une belle entente entre le chien et son maître. Le grand Bouvier en demande qu’à apprendre et découvrir le monde qui l’entoure. Il fera en sorte de rendre son maître fier de lui en lui montrant obéissance et fidélité à toute épreuve. 

Particulièrement équilibré, d’humeur égale, il est à l’écoute de son propriétaire si celui-ci montre du respect et de l’amour au Grand Bouvier. Il ne faut jamais rien lâcher avec lui et lui montrer une fermeté de tous les instants. 

Si le maître se sent dépassé par l’éducation de son chien, il peut faire appel à un éducateur canin. Celui-ci va l’aider à comprendre son chien et lui montrera les bases pour que les deux parties se sentent heureux et serein sur le long terme.

grand bouvier suisse

Ses caractéristiques 

Le Grand Bouvier Suisse est le chien le plus imposant des 4 Bouviers Suisses. Musclé, puissant et harmonieux dans ses proportions, il est celui qui ressemble le plus à un beau nounours. Les mâles mesurent jusqu’à 72 cm pour un poids de 43 kg. En ce qui concerne les femelles, elles peuvent mesurer jusqu’à 68 cm pour 40 kg.

Le Bouvier a un poil court et dur, un sous-poil dense limite noir. Il est de couleur tricolore avec une prédominance de noir. De jolies marques rouilles s’étendent sur ses joues, ses cuisses et l’intérieur des oreilles. Une autre marque blanche part de son crâne à son poitrail ainsi que sur le bout de ses pieds et de sa queue. 

Il a une tête large et plate, une truffe noire sur un museau long et massif. De beaux yeux en amande de couleur foncée plein de douceur. Ses oreilles sont en forme de triangle, tombantes le long des joues. Sa queue sera longue et puissante.

Ses soins et sa santé

Le Grand Bouvier Suisse est un chien rustique et robuste. Il pourra souffrir de problèmes d’articulation dû à sa lourde ossature. Comme tous les grands chiens, les dysplasies de hanche ou de coude, les soucis cardiaques ou l’épilepsie peuvent le toucher. 

Il ne nécessite pas d’entretien particulier. Un bon brossage quotidien, une inspection de ses yeux et de ses oreilles afin de lui éviter des infections ou otites et ce sera tout. 

Le Grand Bouvier est un chien sujet à l’embonpoint s’il n’a pas une alimentation adaptée. Celle-ci sera de qualité avec tous les nutriments dont il aura besoin pour se sentir bien. Il faudra le laisser au repos avant et après les repas pour qu’il ne souffre pas de torsions d’estomac qui peut être fatal pour l’animal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *